The Greatest Showman

Si comme moi, vous aimez l’univers du spectacle, vous allez être servi. Il s’agit dans ce film d’un spectacle qui se rapproche du cirque traditionnel. C’est aussi pour cela que le film m’a particulièrement touché, car j’ai fait du cirque moderne pendant plusieurs années, petite dédicace au Plus Petit Cirque Du Monde de Bagneux (92220).

Les différentes affiches promotionnelles montrent bien cet aspect du film.

Nous retrouvons Hugh Jackman, qui a définitivement (?) enlevé le costume de Wolverine et qui pousse encore une fois la chansonnette (voir « Les Misérables » de Tom Hooper). La performance de l’acteur est très bonne. Il est rejoint par Michelle Williams, Zandaya, Rebecca Fergusson et Zac Efron qui lui aussi se remet à chanter et danser.

L’histoire se déroule au début des années 1870. P.T Barnum est un homme pauvre qui décide de monter un spectacle. Il va rassembler un maxim

 

um de personne en marge de la société et va préparer ce qui est communément appelé un « freak show ». Considéré comme un escroc par certains, il va quand même réussir son coup. Tout cela part d’une histoire vraie, dont beaucoup de détails ont été changé.

Ainsi, le film en lui-même est un spectacle qui enchaîne numéros de cirque, de danse et d’opéra. Certaines scènes et numéros semblent parfois partir dans tous les sens. Pourtant, tout est extrêmement millimétré. Ce sont pleins de figures et de détails qui vont créer ces « tableaux ». Un grand bravo à la scène d’ouverture et la scène de fermeture du film qui m’a redonner l’adrénaline de la scène.

De plus, certaines scènes de duos peuvent paraître simples dans leur présentation, et contraster avec les scènes de groupes, mais ce sont souvent les choses simples et épurées qui peuvent donner les meilleurs numéros. Je pense, exemple, au duo Zac Efron et Hugh Jackman dans le bar ou Zac Efron et Zandaya sous le chapiteau.

Les décors de la ville ou des paysages peuvent sembler parfois très faux. Pour moi, cela fait partir de l’univers du film, du spectacle. Les décors en cartons-pâtes font référence aux décors du « freak show », mais aussi du spectacle de leurs vies à tous. On nous met de la poudre aux yeux, on nous montre du faux, comme Barnum souhaite le faire avec son spectacle.

Pour finir sur le côté spectaculaire, je trouve que la musique est très bien. Un peu mainstream, mais au moins dans l’air du temps et accessible à tous. Les chansons ont été écrites par  Benj Pasek et Justin Paul. Ce sont eux qui ont signé la chanson « City of Stars » du film événement « LaLaLand » de Damien Chazelle.

Certains passages de l’histoire peuvent sembler un peu à l’eau de rose. Encore une fois, nous avons le droit au discours sur les pouvoirs de l’amour et de l’amitié. Nous pouvons aussi y voir un discours sur la tolérance. P.T Barnum veut donner sa chance à tout le monde. Le réalisateur nous montre une histoire d’amour entre une personne blanche et une personne de couleur, scandaleux pour l’époque.

Pour conclure, même si ce film a des défauts, comme des enchaînements de scènes parfois bancales, c’est un très beau spectacle pour toute la famille, et qui me donne encore plus envie de faire une nouvelle fois de la scène.

Bande annonce VOST:

Sources: Allociné, Pinterest, Youtube

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s