« La Chouette entre veille et sommeil » Mon 1er Cinéma par l’Association Enfances au Cinéma

Ce dispositif mis place par l’association Enfances au Cinéma. Il permet aux enfants de maternelle de voir des œuvres cinématographiques dans les salles parisiennes. J’ai eu la chance de faire un stage dans cette association et de présenter les œuvres qu’elle proposait. Les enseignants bénéficient d’une petite formation. Une pré-projection est proposée au début de l’année scolaire. Ils ont aussi accès à des dossiers personnalisés en ligne pour l’amont et l’aval de cette projection.

Ce dispositif permet aussi aux enfants d’apprivoiser la salle de cinéma, lieu symbolique du 7e art. Dans cette salle, l’association espère que des liens se créer entre les enfants et les enseignants, et entre les enfants. De plus, les enfants vont apprendre à développer leur discours, mettre des mots sur leurs émotions et à échanger son point de vue.

Je cite le fascicule 2017-2018 par l’association Enfances au Cinéma :

« Elle [l’expérience] invite les enfants à parler de ce qu’ils ont vu, à raconter avec leurs mots l’histoire qu’ils ont découverte en images et en sons, à mettre des mots sur les émotions qu’ils ont ressenties et enfin à échanger leurs points de vue respectifs ».

Pendant cette année scolaire 2017-2018, les élèves des écoles parisiennes ont été trois fois au cinéma. Je vous présente les programmes visionnés : les réalisateurs ou réalisatrices, leurs durées, leur résumé. J’ai eu seulement le rôle d’observante pendant les présentations de cette série de court-métrages, car c’était le début de mon stage. Pour les autres articles, je retranscrirai mes présentations.

La chouette entre veille et sommeil.

C’est un programme de cinq courts-métrages franco-belges sortie en 2016 de quarante minutes. Ce sont des courts-métrages d’animations sonores et en couleurs, distribués par Cinéma Public Films. Il y a plusieurs techniques d’animations dans ces courts-métrages, ce qui permet aux enfants de connaître la diversité du cinéma d’animation.

  • Compte les moutons

Frits Standaert est diplômé de l’académie des beaux-arts de Gand (Belgique). Spécialisé dans les films jeunesses, il nous propose une histoire de sept minutes.

Voici le résumé proposé par le fascicule :

« Un petit garçon n’arrive pas à s’endormir. Sur les conseils de son papa, il se met à compter les moutons pour trouver le sommeil…jusqu’à ce que les animaux apparaissent près de lui. »

  • Une autre paire de manche

Ce court-métrage sorti en 2015 de six minutes est réalisé par le français Samuel Guénolé. Ce dernier est diplômé de l’École supérieure de l’image de Poitiers. Une autre paire de manche est son premier court-métrage.

Voici le résumé proposé par le fascicule :

« Arthur est contrait de s’habiller le matin pour aller à l’école. Et vite ! Chaque étape est une épreuve de plus à laquelle il tente d’échapper pour des préoccupations plus amusantes. Et son imagination est sans limite. « 

  • La Moufle

La réalisatrice Clémentine Robach signe un court-métrage français de huit minutes, sorti en 2014. Elle est formée au cinéma d’animation et à la didactique visuelle. Elle signe aussi le court-métrage La soupe au caillou.

Voici le petit résumé par le fascicule :

« En plein hiver, Lily et son grand-père installent un nichoir pour protéger les oiseaux. En voyant un écureuil frigorifié, la petite fille dépose sa moufle sur le sol. Qui sait quels animaux viendront s’y abriter. 

  • La Soupe au caillou

Réalisé par Clémentine Robach, ce court-métrage dure sept minutes et est sortie en 2015.

Voici le résumé proposé par le fascicule :

« Les habitants d’une petite ville n’ont pas beaucoup à manger et passe leur temps devant la télévision. Heureusement qu’une coupure de courant va les forcer à sortir de chez eux pour se rencontrer. »

  • La Galette court toujours

Pascale Hecquet signe un court-métrage français de huit minutes sorti en 2015. Elle est graphiste et réalisatrice de film d’animation.

Voici le résumé proposé par le fascicule :

« Une galette appétissante s’enfuit dans la forêt pour ne pas être mangé par le lapin et ses amis. Rusée, elle échappera au renard qui rôde dans les bois. »

Ces court-métrages sont bien amenés grâce à la chouette qui sert d’interlude. Les enfants apprennent que beaucoup de choses peuvent se passer la nuit, mais qu’il ne faut pas avoir peur de cette période de la journée. J’ai apprécié ces courts-métrages qui ne sont pas trop compliqués et qui ne font pas trop peur. Comme à mon habitude je vous propose la bande-annonce de ce programme.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s