Abominable

Réalisé par Jill Culton et Todd Wilderman, sorti le 23 octobre 2019

Je continue mes articles sur les films d’octobre avec un joli film d’animation. Le nouveau Dreamworks est vraiment très bon et tout public, comme à leurs habitudes.

Tout commence sur le toit d’un immeuble à Shanghai, avec l’improbable renconte d’une jeune adolescente, l’intrépide Yi, avec un jeune Yeti. La jeune fille et ses amis Jin et Peng vont tenter de ramener chez lui celui qu’ils appellent désormais Everest, leur nouvel et étrange ami, afin qu’il puisse retrouver sa famille sur le toit du monde. Mais pour accomplir cette mission, notre trio de choc va devoir mener une course effrénée contre Burnish, un homme puissant qui a bien l’intention de capturer la créature car elle ressemble comme deux gouttes d’eau à celle qu’il avait fortuitement rencontrée quand il était enfant.

Le scénario reprend l’idée du voyage initiatique, cette fois-ci accompli par une jeune fille et non plus un jeune garçon. En plus de vouloir ramener Everest chez lui, elle va réaliser un voyage lui permettant de faire la paix avec son passé.

Dans mes souvenirs, c’est la première fois que Dreamworks donne le rôle principale à une fille, et notamment une adolescente/jeune adulte. C’est pour moi un progrès pour s’adapter à la réalité, malgré encore quelques petits défauts. Elle est travailleuse, comme observé au début du film, mais encore une fois, elle doit se donner plus de mal pour justifier son salaire et pouvoir se payer son voyage. De plus, elle est souvent remise en question par Jin, jeune homme très arrogant au début du film. Le scénario aurait été tout aussi bon sans les scènes où elle doute à cause de remarque de la gente masculine. Le rôle des autres femmes est aussi stéréotypé dans mon sens. Nous voyons seulement la mère de Yi et sa grand-mère chez elles, entrain de préparer à manger et s’inquiéter pour Yi. Les autres adolescentes sont peu présentes. La méchante est assez caricaturale, et sa rousseur détonne parmi les cheveux bruns des autres personnages. Le film aurait été, à mon avis, tout aussi intéressant s’il relatait l’histoire de trois adolescentes, au lieu de vouloir une fois de plus rattacher l’héroïne à des hommes.

Malgré ses petits défauts, le film est magnifique et prouve encore une fois le travail d’actualisation des techniques des studios. Les animations amènent la magie au film, comme la scène où ils volent sur des nuages. Oui, j’ai oublié de la préciser Everest à des pouvoir magique. Ces pouvoirs se révèlent grâce aux morceaux de musique que Yi joue au violon. Ces scènes sont très bien réalisées et amènent encore une belle touche de poésie à ce film.

Au niveau de la conception, ce film est réalisé notamment par une femme Jill Culton (Les rebelles de la forêt, Monstre et compagnie), c’est elle qui a aussi écrit le scénario. De plus, deux femmes sont au commande à la production: Suzanne Buirgy et Rebecca Huntley (Baby Boss, Dragon 2). De plus, au niveau du travail de production, de réalisation et de doublage, les studios ont fait appel à des professionnels d’origines asiatiques, comme Tsai Chin (Insaisissable 2, Casino Royal) qui double Nai Nai, la grand-mère de Yi. Ainsi, même si le 50/50 demandé pour le monde du cinéma n’est pas encore atteint, cela prouve que certains studios tentent de faire des efforts en terme d’égalité des sexes et de mixité pour arriver à des résultats vraiment bon.

Vous l’aurez compris, je vous conseille une nouvelle fois de vous rendre dans les salles obscures pour rencontrer ce gentil monstre !

Citation: allociné Crédit photo: Universal Pictures France / allociné Crédit vidéo: Youtube

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s